Paul Revere

Paul Revere


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Contenu

Les premières années Modifier

Initialement basé à Boise, Idaho, les Raiders ont commencé comme un groupe de rock instrumental dirigé par l'organiste et fondateur Paul Revere Dick (1938-2014). [3] [4] Le groupe a déménagé à Portland, Oregon, lorsque Revere est revenu de son service dans les forces armées en 1962. [5] [6] [7] [1] [8]

Au début de la vingtaine, Revere possédait plusieurs restaurants à Caldwell, Idaho, [9] et a rencontré pour la première fois le chanteur Mark Lindsay (né en 1942) [10] en ramassant des petits pains à hamburger dans la boulangerie où Lindsay travaillait. [9] La circonstance de leur rencontre a été mentionnée plus tard dans la chanson ironique "La Légende de Paul Revere", enregistrée par le groupe. Lindsay a rejoint le groupe de Revere en 1958. Initialement appelés les Downbeats, ils ont changé leur nom en Paul Revere & the Raiders en 1960 à la veille de la sortie de leur premier disque pour Gardena Records. Le groupe a remporté son premier succès dans le nord-ouest du Pacifique en 1961, avec l'instrumental "Like, Long Hair". Le disque avait suffisamment d'attrait national pour atteindre un sommet. 38 sur le Panneau d'affichage Hot 100 le 17 avril 1961. [11] [12] Lorsque Revere a été enrôlé pour le service militaire, il est devenu un objecteur de conscience [9] et a travaillé comme cuisinier dans un établissement psychiatrique pendant un an et demi de service différé. Au cours de la même période, Lindsay a pompé du gaz à Wilsonville, en Oregon. Fort de leur single dans le Top 40, Lindsay fait une tournée aux États-Unis à l'été 1961 avec un groupe dans lequel Leon Russell prend la place de Revere au piano. [9]

À l'été 1962, Revere et Lindsay travaillaient à nouveau ensemble dans l'Oregon avec une version des Raiders mettant en vedette Mike "Smitty" Smith (né en 1942), [13] un batteur qui passerait deux périodes prolongées avec le groupe. [9] À cette époque, le DJ de KISN Roger Hart, qui produisait des danses pour adolescents, cherchait un groupe à embaucher. Hart a eu une conversation informelle avec un caissier de banque qui lui a parlé d'un groupe appelé "Paul Revere-something". Hart a obtenu le numéro de téléphone de Revere et ils se sont rencontrés pour le déjeuner. Hart a engagé le groupe pour l'une de ses danses pour adolescents. Peu de temps après, Hart est devenu le manager personnel du groupe. C'est Hart qui leur a suggéré d'enregistrer « Louie Louie », pour lequel Hart leur a payé environ 50 $, produisant la chanson et la plaçant sur son label Sandē, attirant finalement l'attention de Columbia Records. [14] Selon Lindsay, les Raiders étaient un "groupe d'enfants de pain blanc faisant de leur mieux pour sonner noir. Nous avons été signés à Columbia sur la force de sonner comme ça." [14] Que les Raiders ou les Kingsmen aient enregistré "Louie Louie" en premier n'est pas certain cependant, les deux groupes l'ont enregistré dans le même studio NorthWestern Motion Pictures and Sound Recordings, Inc. (NWI) à Portland, Oregon, en avril 1963. [ 15] À ce moment-là, les Raiders comprenaient Revere, Lindsay, Smith, le guitariste Drake Levin et le bassiste Mike "Doc" Holliday, qui a été remplacé au début de 1965 par Phil Volk. [16]

Hits et promotion à l'ère "Action" Modifier

En 1965, les Raiders ont commencé à enregistrer une série de classiques du garage rock. Sous la direction du producteur Terry Melcher, le groupe a déménagé à Los Angeles et a de plus en plus imité les sons de groupes britanniques d'invasion tels que les Beatles, les Rolling Stones, les Dave Clark Five et les Animals, tout en ajoutant une touche américaine R&B. Leur premier grand succès national, "Just Like Me" (n° 11, 1965) a été l'un des premiers disques de rock à présenter un solo de guitare distinctif à double piste, interprété par le guitariste Drake Levin. [9]

Le groupe est apparu régulièrement aux États-Unis à la télévision nationale, notamment sur Dick Clark's Où est l'action, L'événement '68, et ça se passe, les deux derniers co-organisés par Revere et Lindsay. En novembre 1966, le groupe apparaît comme lui-même interprétant une chanson sur le populaire Homme chauve-souris série télévisée dans l'épisode « Hizzonner le pingouin ».

Les Raiders avaient un accord avec la Vox Amplifier Company par l'intermédiaire de son distributeur américain, la Thomas Organ Co., Revere utilisant l'orgue combo Vox Continental et Volk jouant occasionnellement la basse Vox Phantom IV. Lors de la représentation, tout le groupe était branché sur des amplificateurs Vox Super Beatle. Le groupe aurait été le premier groupe majeur de l'histoire à tourner avec tous les membres amplifiés, y compris des sidemen tels que des cornistes. [17] Lorsque Levin a quitté le groupe en 1966 pour rejoindre la Garde nationale, il a été remplacé par Jim Valley, un autre musicien du Nord-Ouest que les Raiders avaient rencontré pendant leurs journées à jouer dans les circuits musicaux de Portland et de Seattle. Valley a été surnommé "Harpo" par les autres Raiders en raison d'une vague ressemblance avec le célèbre frère Marx. [16]

Leurs tubes de cette période incluent "Kicks" (n°4 sur Panneau d'affichage's Hot 100), "Hungry" (no. 6), "The Great Airplane Strike" (no. 20), "Good Thing" (no. 4) et "Him or Me – What's It Gonna Be?" (n ° 5). Parmi ceux-ci, "Kicks" est devenu leur hit le plus connu - un disque au son de la hanche avec un message anti-drogue, écrit par Barry Mann et Cynthia Weil et destiné à l'origine aux Animals. (Mann a révélé plus tard dans des interviews que la chanson avait été écrite à propos de leur ami, l'auteur-compositeur des années 1960 Gerry Goffin, dont les problèmes de drogue en cours interféraient avec sa carrière et sa relation avec son épouse Carole King.) [18]

Au milieu de 1967, avec trois albums d'or à leur actif, les Raiders étaient le groupe de rock le plus vendu de Columbia leur Les plus grands tubes était l'une des deux sorties sélectionnées par Clive Davis pour tester un prix catalogue plus élevé pour les albums qui devraient être particulièrement populaires (avec Les plus grands succès de Bob Dylan). [19]

Le film 2019 de Quentin Tarantino Il était une fois. à Hollywood, qui se déroule en 1969, présente trois des singles à succès du groupe - "Hungry" (1966), "Good Thing" (1966) et "Mr. Sun, Mr. Moon" (1969) - et la face B de 1968 "Theme From C'est en train d'arriver".

Changement majeur de line-up Modifier

Au plus fort de la popularité du groupe, Valley, Volk et Smith quittent le groupe. La scission s'est produite pour un certain nombre de raisons, parmi lesquelles le sentiment que le groupe a été empêché d'évoluer vers une équipe créative plus égalitaire, contrarié d'être remplacé par des musiciens de studio sur les enregistrements (Volk le nie et dit que The Wrecking Crew a été embauché par Melcher et Lindsay seulement pour augmenter le groupe [20] [21] ) [22] et mécontents d'une direction continue orientée vers l'adolescence alors qu'un style rock 'n' roll plus sérieux émergeait.

Le premier à partir fut Valley, qui se lança alors dans une carrière solo. [16] Drake Levin a rejoint le groupe à la guitare pour terminer la tournée du printemps 1967. Levin, Volk et Smith se sont envolés pour New York ensemble lorsque les Raiders ont été réservés pour se produire sur Le spectacle d'Ed Sullivan. Revere était contrarié par le fait que Valley, Volk et Smith avaient quitté le groupe, accusant Levin de leurs départs. Levin s'est présenté au Ed Sullivan Theatre pour jouer avec Volk et Smith pour la toute dernière fois, mais Revere a refusé de permettre à Levin de jouer. [23] À l'insu du groupe, Revere avait engagé un nouveau guitariste, Freddy Weller, pour jouer cette nuit-là. Levin n'avait aucune rancune à ce sujet, il montra à Weller les accords des chansons et regarda depuis les coulisses alors que les Raiders faisaient leur seule et unique apparition dans l'émission de Sullivan le 30 avril 1967. C'était la seule fois que la programmation de Revere, Lindsay, Smith, Volk et Weller ont joué ensemble. Le mois suivant, Volk et Smith sont partis, rejoignant par la suite Levin pour former un groupe appelé « Brotherhood ». Charlie Coe, qui avait joué de la guitare pour le groupe en 1963, a rejoint le groupe à la basse, et Joe Correro, Jr. a été recruté comme nouveau batteur. [ citation requise ]

L'ère du "Happening" Modifier

L'évolution des goûts à la fin des années 1960 a rendu le groupe démodé, mais ils ont continué à avoir des succès modestes pendant le reste de la décennie, notamment "Ups and Downs", "I Had a Dream", "Too Much Talk", "Don't Take It So Hard", "Cinderella Sunshine", "Mr. Sun, Mr. Moon" et "Let Me", qui est devenu leur premier disque d'or. Le 6 janvier 1968, quatre mois seulement après l'annulation de Où est l'action, Revere et Lindsay sont revenus dans les airs en tant qu'animateurs d'une nouvelle émission produite par Dick Clark dans laquelle les Raiders ont fait plusieurs apparitions, L'événement '68 (plus tard abrégé en Événement). Cette série hebdomadaire a été rejointe de juillet à septembre de la même année par une série quotidienne produite par Clark ça se passe, également hébergé par Revere et Lindsay. En août 1968, le bassiste Coe quitte à nouveau le groupe pour se marier, il est remplacé par l'ancien action idole Keith Allison. Selon l'auteur Derek Taylor, les Raiders étaient perçus comme « insignifiants... Les citoyens nerveux se sentaient rassurés sur le fait que certaines bonnes choses sûres n'avaient jamais changé ». [24]

Mark Lindsay a pris plus de contrôle du groupe pendant cette période. Il a produit tous les disques en commençant par Trop de paroles en 1968 et l'album psychédélique Quelque chose se passe. La vision de Lindsay était représentée sur des chansons telles que "Let Me" et les albums Hard 'N' Heavy (avec guimauve) et Alias ​​Pink Puzz. (Selon allmusic.com, Pink Puzz était l'identité sous laquelle les Raiders ont d'abord essayé de faire jouer l'album à la radio FM, un pari qui a échoué bien que le groupe ait gardé le nom de la blague pour le titre de l'album.) Le succès de "Let Me " a permis à Paul Revere et aux Raiders de faire une tournée en Europe avec les Beach Boys à l'été 1969 (ils ont également enregistré deux chansons pour le programme de musique allemand de longue date Beat-Club en ce moment). Événement a terminé sa course cet automne. Toujours en 1969, le groupe a interprété une chanson spécialement écrite et est apparu dans une publicité télévisée pour la nouvelle voiture de sport GTO de Pontiac, « The Judge ». [25]

Les Raiders : début des années 1970 Modifier

Dans un effort pour changer le son et l'image du groupe, son nom a été officiellement raccourci en Les Raiders (montré simplement comme Raiders sur les singles), [26] tandis que l'album de 1970 Collage était une tentative d'aller dans une autre direction musicale. Il a tiré une critique élogieuse de Pierre roulante magazine, avec le critique Lenny Kaye citant Lindsay pour l'éloge : « [Il] ne manque jamais de donner l'impression qu'il sait ce qu'il fait. Presque à lui seul, il a amené les Raiders à une position plus forte qu'ils n'ont occupé depuis des années. . [9] [27] Collage s'est avéré être un échec commercial (#154 sur le Panneau d'affichage 200) et Lindsay a commencé à se tourner vers des projets solo. Joe Correro est parti après la fin de leur tournée de printemps, pour être remplacé par son prédécesseur Mike Smith. [9]

Les Raiders ont obtenu leur plus grand succès des années 1970 avec leur reprise de "Indian Reservation" de John D. Loudermilk, qui a été apportée au groupe par Columbia A&R man alors qu'ils travaillaient sur un album. [28] Revere a beaucoup travaillé pour promouvoir le single et "Indian Reservation" a culminé au numéro un pendant une semaine en juillet 1971. [9] [29] Il est devenu le single le plus vendu de Columbia pendant près d'une décennie, dégageant plus de six millions d'unités . Le succès du single a été suivi par l'album du même nom qui a atteint le n ° 19 et se composait principalement de reprises. Le groupe s'agrandit pour inclure le batteur Omar Martinez et le claviériste Bob Wooley. [ citation requise ]

En 1972, la dernière tentative des Raiders pour un album pop, Vin de Pays, n'a pas réussi à casser le Panneau d'affichage 200. Plus tard cette année-là, ils ont commencé la préparation de ce qui devait être leur quatrième album en deux ans, Aimer la musique. La chanson titre prévue a été publiée en tant que promotion pour le projet, mais elle n'a atteint que la 97e place, marquant l'apparition finale des Raiders [30] et l'album étant mis de côté par Columbia. La présence du groupe a diminué et ils ont été relégués à jouer dans des salons et des foires d'État comme un acte "oldies", une situation que Revere a trouvé agréable, mais pas Lindsay. [16] Weller et Smith sont partis en décembre 1972, Weller étant remplacé par le guitariste Doug Heath.

La fin des années 1970 Modifier

Des changements de line-up s'ensuivirent au début de 1975, avec Mark Lindsay quittant le groupe après un concert au Knott's Berry Farm. Lindsay a poursuivi sa carrière solo, après avoir décroché un single à la fin de 1969 avec "Arizona" de Kenny Young. Après deux derniers singles pour Warner Bros. records en 1977, Lindsay s'est tourné vers la musique de film et les publicités. Il a également dirigé A&R (répertoire d'artistes et d'amplis) pour United Artists Records dans les années 1970. Keith Allison est parti en avril 1975, pour être remplacé par le bassiste actuel de Raider, Ron Foos." [9]

La musique country était le choix de l'ancien guitariste Freddy Weller, qui avait déjà eu beaucoup de succès dans les charts country, à commencer par sa version country de "Games People Play" de Joe South en 1969, atteignant la première place. 2 sur les charts country ainsi que des albums d'enregistrement (ses deux premiers albums solo ont été produits par Mark Lindsay), et les 10 meilleurs singles des charts country tels que ses reprises de "Promised Land" de Chuck Berry, "Indian Lake" des Cowsills ", ainsi que "This Are Not My People" et "Another Night of Love" pour Columbia pendant cette période avec les Raiders, ainsi qu'après avoir quitté les Raiders. (Le passage de Freddy était 1967-1973.) [ citation requise ]

Lors d'un événement mémorable, Revere s'est marié pour la deuxième fois le 4 juillet, année du bicentenaire 1976 sur scène lors d'un spectacle des Raiders. [31] Revere a annoncé sa retraite du business de la musique à la fin de 1976, mais était de retour sur la route en 1978 avec une nouvelle distribution de Raiders. Avec le guitariste Doug Heath, Revere s'est lié à cette période avec un groupe appelé "Louie Fontaine & the Rockets", et a pris la route avec eux sous le nom de "Paul Revere & the Raiders", avec Blair Hill ("Louie Fontaine") en tant que lead chanteur. Cette configuration est même apparue sous le nom de "Paul Revere's Raiders" sans Paul, pendant un certain temps en 1978. Le quintette de Paul Revere, Mark Lindsay, Drake Levin, Phil Volk et Mike Smith s'est réuni pour Dick Clark à la télévision nationale en 1979 et a interprété un medley. de leurs plus grands succès. La même année, "Indian Reservation" est repris par le groupe allemand Orlando Riva Sound. [32]

Les années 1980 à 2014 Modifier

Les époques punk rock et new wave ont vu une vague d'intérêt pour la musique des Raiders. était mieux connu que les Raiders. "Just Like Me" a été repris par les Circle Jerks, Joan Jett et Pat Benatar. David Bowie a repris "Louie, Go Home". En 1984, les Who ont pris la chanson et ont changé le titre et les paroles en "Lubie (Come Back Home)" en 1985. "Hungry" a été repris par Sammy Hagar. Les Flamin' Groovies ont abordé trois chansons des Raiders ("Him or Me – What's It Gonna Be?", "Sometimes" et "Ups and Downs") et The Morrells a également fait un arrangement teinté de country de "Ups and Downs". Le Paisley Underground, le renouveau du garage rock et les mouvements grunge ont tous reconnu l'influence des Raiders. "Kicks" a été repris par Micky Dolenz et Peter Tork des Monkees comme l'un des trois nouveaux enregistrements inclus dans leur compilation de 1986, Alors et maintenant. Le meilleur des singes. [ citation requise ]

Mark Lindsay a coupé une version de "Ups And Downs" en 1994 avec Carla Olson, qui est apparue sur elle Récolter le tourbillon album.

Revere a continué avec une programmation relativement stable dans les années 80 et 90, avec des membres de longue date Omar Martinez (batterie et chant depuis 1972), Doug Heath (guitariste des Raiders depuis 1973), Ron Foos (basse, remplaçant d'Allison en 1975) et le lead le chanteur Carlo Driggs (qui a remplacé Michael Bradley). Les nouvelles sorties de disques comprenaient l'auto-produit "Special Edition" en 1983, avec Michael Bradley au chant, et "Paul Revere Rides Again", sorti en 1983 dans les magasins Radio Shack. Ils ont également enregistré une vidéo personnelle pour MCA Universal en 1996 intitulée "The Last Madman of Rock 'N' Roll". Le fils de Revere, Jamie, a rejoint le groupe à la guitare pendant plusieurs années dans les années 1990, en vedette sur "Generic Rock & Roll" (1992) et "Generic Rock 2" (1996).

Le 19 septembre 1997, le classique du groupe 1966 Tour de minuit (le chanteur Mark Lindsay, le guitariste Drake Levin, le bassiste Phil "Fang" Volk et le batteur Mike "Smitty" Smith) réunis en costume complet (mais sans Revere lui-même) pour une représentation du 30e anniversaire à Portland. En 2000, Sundazed Records a sorti un package de deux CD intitulé Entraînement Mojo qui se concentrait sur le R&B et les sons soul du début de la carrière des Raiders à Columbia. En 2001, les Raiders ont sorti "Ride to the Wall", avec plusieurs nouvelles chansons, ainsi que leurs versions de tubes des années 1960, les bénéfices étant destinés à aider les vétérans de la guerre du Vietnam. Ils ont joué à l'événement Rolling Thunder's Memorial Day à Washington D.C. en 2001 pour les prisonniers de guerre-MIA de l'ère vietnamienne. Un programme de tournées régulier a gardé Paul et ses "nouveaux Raiders" aux yeux du public. Keith Allison, qui a joué dans les Raiders de 1968 à 1975, est depuis devenu acteur et est apparu dans le film Dieux et généraux. [33]

Le 13 octobre 2007, Paul Revere & the Raiders, ainsi que leur manager Roger Hart, ont été intronisés au Oregon Music Hall of Fame. Étaient présents Mark Lindsay, Phil "Fang" Volk et Roger Hart pour accepter leurs prix. En 2010, le groupe est intronisé au Hit Parade Hall of Fame. Revere a annoncé sa retraite du groupe en août 2014, le groupe prévoyait de tourner sans lui en tant que "Paul Revere's Raiders". En octobre 2014, le site Web du groupe a annoncé que Revere était décédé « paisiblement » le 4 octobre 2014, dans sa maison de Garden Valley, dans l'Idaho, un « petit domaine surplombant un canyon de rivière tranquille », d'un cancer. Il avait 76 ans. [4] [34]

Le 10 octobre 2014 au Forum de Los Angeles, Tom Petty a interprété "I'm Not Your Stepping Stone", le dédiant à Paul Revere, reconnaissant son décès cette semaine-là. [ citation requise ]

Anciens Raiders et héritage Modifier

Phil Volk tourne avec son propre groupe, Fang and the Gang. Depuis 1967, il est marié à Où est l'action régulière de Tina Mason.

Après avoir quitté les Raiders en 1967, Jim Valley a continué à se produire et à perfectionner ses talents de compositeur dans une variété d'actes. Il a été signé en tant qu'artiste solo par Dunhill Records et a sorti deux singles. Il est ensuite retourné dans son nord-ouest natal, jouant avec plusieurs groupes de rock, dont Sweet Talking Jones et le Shoestring Orchestra & Choir. Il est devenu un artiste et éducateur de musique pour enfants acclamé et primé, parcourant le monde en tant qu'émissaire de la "Planète arc-en-ciel". Valley continue de travailler avec des enfants, d'écrire et d'enregistrer ses propres albums, ainsi que de se produire en direct. [35]

Joe Correro Jr., le batteur des Raiders de 1967 à 1971, se produit dans le cadre du combo jazz Richard Sherman Trio basé à Los Angeles. Le bassiste Mike "Doc" Holiday et le guitariste/bassiste Charlie Coe ont fait une apparition spéciale avec Mark Lindsay lors d'un concert à Boise, Idaho en 1996. Ils résident tous les deux dans l'Idaho. Le fils des Righteous Brothers Bill Medley, Darrin, a chanté et joué avec Paul Revere & the Raiders. [ citation requise ]

Un autre Darren, Darren Dowler, a suivi Darrin Medley en tant que chanteur principal des Raiders. Par coïncidence, Darren Dowler a également chanté avec le groupe du père de Darrin Medley, le Righteous Brothers Band chantant les parties autrefois chantées par le ténor, enregistrant le grand Bobby Hatfield. Dowler, le chanteur actuel, a également joué avec les Lettermen, les Jordanaires, la Fifth Dimension, Gary Puckett, Mitch Ryder et a été le premier guitariste des Backstreet Boys en 1991 avant qu'ils ne deviennent une méga star. Dowler, également acteur et cinéaste, est apparu dans des films tels que Œil de lynx avec Billy Bob Thornton et Hancock avec Will Smith. En 2014, il a joué, écrit et réalisé les films Rock and Roll le film et Noël à Hollywood. En 2014, Revere a demandé à Dowler de composer un album de chansons originales pour un nouvel album de Raider, le premier album entièrement original en 35 ans. [36] [37]

Après avoir terminé son deuxième passage avec les Raiders en 1972, le batteur Mike "Smitty" Smith a déménagé à Kona, Hawaï et a continué à se produire pour plusieurs groupes de cette région. Smith est décédé de causes naturelles le 6 mars 2001, trois semaines avant son 59e anniversaire. [38]

Le guitariste Drake Levin est devenu un guitariste de blues accompli, jouant et formant de nombreux groupes dans la région de la baie de San Francisco. Le 4 juillet 2009, Levin est décédé à son domicile de San Francisco après une longue bataille contre le cancer. Il avait 62 ans. [39]

Le fondateur, chanteur et claviériste du groupe, Paul Revere, est décédé d'un cancer à son domicile de Garden Valley, Idaho, le 4 octobre 2014, à l'âge de 76 ans. par, entre autres, l'ancien gouverneur de l'Idaho Dirk Kempthorne. [41] Le groupe devient alors « Paul Revere’s Raiders ».

Carl "Carlo" Driggs, Paul Revere et le chanteur le plus ancien des Raiders (plus de 20 ans), était auparavant le chanteur principal de Kracker, un groupe qui a fait une tournée en Europe en première partie (et dont les albums ont été distribués hors d'Amérique par) les Rolling Stones. Il a suivi cela avec son mandat dans le groupe latino/disco Foxy, qui a marqué un non. 1 hit au palmarès Hot R&B/Hip-Hop Songs (n° 9 sur Panneau d'affichage's Hot 100) avec "Get Off", qui a été co-écrit par Driggs. Le 31 mai 2017, Driggs est décédé d'une crise cardiaque à son domicile de Miami, en Floride, à l'âge de 67 ans. [42]

Paul Revere & the Raiders figurent en bonne place dans la bande originale de la comédie dramatique 2019 de Quentin Tarantino Il était une fois à Hollywood, à savoir les morceaux « Hungry », « Mr. Sun, Mr. Moon » et « Good Thing », ce dernier apparaissant dans la bande-annonce officielle du film. Ils sont également nommés dans le dialogue de l'image, avec Sharon Tate (interprété par Margot Robbie) demandant à Jay Sebring (interprété par Emile Hirsch): "Aww, quel est le problème? Vous avez peur que je dise à Jim Morrison que vous dansiez sur Paul Revere & Les Raiders ? Ne sont-ils pas assez cool pour vous ?"


Paul Revere - HISTOIRE

Paul Revere, né le 1er janvier 1735, occupe une place particulière dans l'histoire américaine pour son rôle dans la Révolution américaine. Revere a tiré parti de ses relations commerciales et politiques pour soutenir les patriotes américains et est surtout connu pour sa chevauchée visant à alerter les membres de la milice coloniale de l'approche des troupes britanniques. L'histoire moins connue comprend son implication dans la création du système de renseignement colonial surveillant l'armée britannique et son mandat en tant qu'officier militaire pendant la guerre d'Indépendance américaine.

Début de la vie

Paul Revere a passé son enfance à Boston et était le troisième de douze enfants. Son père, né Apollo Rivoire, était un huguenot français qui a immigré en Amérique à l'âge de 13 ans et a fait son apprentissage chez un orfèvre à Boston. Sa mère, Deborah Hitchborn, était la fille d'une famille de Boston possédant un petit quai d'expédition. À l'âge de 13 ans, Revere quitte l'école et devient l'apprenti de son père dans son argenterie. Malheureusement, son père est décédé avant que Revere n'ait l'âge de reprendre légalement sa boutique. Dans l'intervalle, il s'enrôla dans l'armée provinciale en 1756 et passa l'été au fort William Henry à New York. Après un court passage militaire, il retourne à Boston et reprend la boutique d'argent. Revere a épousé sa première femme, Sarah Orne, le 4 août 1757 et leur premier enfant est arrivé huit mois plus tard.

Professionnellement, Revere est surtout connu pour ses talents d'orfèvre. En tant qu'orfèvre, il avait également la capacité de graver et de décorer ses propres pièces. En conséquence, sa réputation à Boston s'est rapidement développée et plus de 5 000 pièces ont été produites par sa boutique. Plus tard dans sa vie, Revere a travaillé dans d'autres domaines, notamment la dentisterie et le travail des métaux en utilisant des matériaux autres que l'argent.

Liens politiques

La boutique d'argent de Revere le maintenait à proximité de nombreux chefs d'entreprise à Boston. Sa réputation d'orfèvre et de graveur lui a valu de nombreuses affaires et l'a exposé à de nombreux membres influents de la société bostonienne. En raison de son enfance à Boston et de ses liens avec d'autres familles dirigeantes, Revere a socialisé avec de nombreux hommes associés au mouvement révolutionnaire.

Il a également été membre fondateur de la Loge maçonnique de Boston. Bien que la source de son intérêt pour la franc-maçonnerie ne soit pas certaine, il se peut qu'il y ait été initié lors de son premier service militaire. Revere a probablement continué son exposition à la franc-maçonnerie tout en fréquentant les pubs de Boston. En plus de l'influence politique de la loge, les affaires de Revere ont également bénéficié de l'opportunité offerte par la société de rencontrer et de se mélanger avec plusieurs classes sociales.

Graines de Révolution

En plus de l'influence de la loge maçonnique et de ses liens locaux, Revere a connu des revers commerciaux résultant de la domination britannique. Son argenterie a souffert du ralentissement de l'économie britannique et de l'adoption du Stamp Act de 1765. Il a cherché d'autres moyens de subvenir aux besoins de sa famille, comme la dentisterie, alors que son entreprise déclinait. Alors qu'il faisait face aux charges financières imposées par la domination britannique, Revere a continué à rencontrer et à soutenir des militants locaux et des groupes de protestation. Il était membre fondateur des Sons of Liberty, formés en 1765.

Revere a utilisé ses compétences et ses affaires pour soutenir les protestations contre la domination britannique. Les exemples incluent des gravures et des pièces en argent faites pour représenter des images conçues pour enflammer davantage la population contre la poursuite de la domination britannique. Il a participé à des activités de protestation telles que le service de garde pour empêcher le déchargement de thé taxable du Dartmouth et les activités subséquentes du Boston Tea Party.

À partir de décembre 1773, Revere se rendit à New York et à Philadelphie comme courrier pour le Boston Committee of Public Safety. Il a fourni des rapports sur la situation politique et les troubles à Boston et ses manèges ont été surveillés par les services de renseignement britanniques. Pendant ce temps, le général Thomas Gage, gouverneur militaire du Massachusetts, a forcé les citoyens de Boston à héberger des soldats britanniques et a fermé le port.

Revere, avec 30 autres personnes, a commencé à se rencontrer et à établir des plans pour recueillir et partager des renseignements sur les mouvements et les activités des troupes britanniques. Parallèlement, il met à profit ses compétences en fournissant des gravures à un mensuel patriote, le Royal American Magazine. En décembre 1774, Revere se rendit à Portsmouth, dans le New Hampshire, pour avertir d'un éventuel débarquement britannique imminent. Alors que les rumeurs n'étaient pas fondées, sa chevauchée a incité les habitants à attaquer Fort William et Mary pour s'approvisionner en poudre à canon qui y était stockée.

Tour de minuit

Dans les semaines qui ont précédé les batailles de Lexington et de Concord, l'activité de l'armée britannique a indiqué une possibilité de mouvement de troupes. En conséquence, Revere a été envoyé à Concord pour avertir le Congrès provincial du Massachusetts. En conséquence, les résidents ont commencé à déplacer des fournitures militaires stockées à Concord vers d'autres endroits en vue d'une éventuelle action britannique. En plus de fournir cet avertissement, Revere a travaillé avec Robert Newman, le sexton de l'église du Nord, pour développer un système d'avertissement pour indiquer la route de l'armée britannique si elle devait agir. La fameuse ligne "un si par terre, deux si par mer" fait référence au nombre de lanternes à allumer dans le clocher de l'église selon que les troupes britanniques choisissent la route terrestre ou la route fluviale à travers la rivière Charles.

Dans la nuit du 18 avril 1775, agissant sur les ordres de Gage, les troupes britanniques se sont déplacées, ostensiblement pour capturer Samuel Adams et John Hancock. En réalité, la capture des deux chefs rebelles était une partie de l'objectif, mais l'objectif principal était la saisie ou la destruction des magasins militaires rebelles dans et près de Concord. Sur la base d'informations sur les mouvements de troupes, Revere et William Dawes ont entrepris d'avertir leurs dirigeants et d'alerter les milices locales des activités britanniques.

Tout au long de la nuit du 18 avril, Revere a mis en garde de nombreux patriotes le long de sa route vers Lexington. Son alerte a incité d'autres coureurs à continuer de transmettre le message à d'autres milices pendant qu'il continuait vers Lexington. À leur arrivée, lui et Dawes ont rencontré Hancock et Adams et ont élaboré des plans pour s'opposer aux troupes britanniques. Après avoir quitté Lexington, ils se sont rendus à Concord, mais ont été arrêtés par un barrage routier britannique avant d'atteindre la ville. Bien qu'il ait été capturé et interrogé par les Britanniques, le manège a déclenché l'alarme et le plan de rassemblement utilisé pour fournir un avertissement et une notification rapides aux milices coloniales. En conséquence, la milice avait suffisamment de préavis pour repousser les troupes britanniques à Concord.

Missions militaires

Après sa chevauchée nocturne, Revere est resté utile à la cause rebelle de plusieurs manières différentes. Alors qu'il s'est d'abord vu refuser une commission militaire, il a servi comme courrier et imprimeur pour le congrès provincial. Revere a également fait des recherches sur un moulin à poudre existant et a obtenu suffisamment d'informations pour installer un autre moulin à Stoughton, qui a produit des tonnes de poudre à canon utilisée par les forces coloniales.

Revere a finalement reçu une commission militaire et a servi à la fois dans l'infanterie et l'artillerie. Alors qu'il était généralement deuxième ou troisième dans la structure de commandement, il a occupé plusieurs fois le commandement de Castle William à Boston. Au cours de son mandat ici, il a institué plusieurs améliorations dans les armements du fort et a développé un pied à coulisse pour mesurer les boulets de canon et les trous de forage. Alors qu'il était stationné à Castle William, Revere a participé à plusieurs sorties à petite échelle, y compris des missions d'escorte de prisonniers et une tentative avortée de capturer une base britannique à Newport, Rhode Island.

Un point bas de la carrière militaire de Revere a été la catastrophe de Penobscot. Dans cette tentative de repousser les Britanniques hors d'une nouvelle base établie dans la baie de Penobscot, Revere commanda les unités d'artillerie. En raison d'opinions et d'ordres contradictoires, l'expédition globale a été chaotique et infructueuse. Malgré quelques succès d'artillerie, Revere se trouve dans des circonstances difficiles pendant la bataille. Il était séparé de ses hommes et devait se déplacer par voie terrestre pour regrouper ses troupes. Il a fait face à des accusations résultant de l'engagement et n'a pas été disculpé pendant plusieurs années.

Après la guerre

Après la guerre, Revere a continué à connaître le succès en tant que commerçant. Il s'est lancé dans la vente de quincaillerie et d'articles pour la maison et a finalement ouvert une fonderie de fonte de laiton et de fer. Dans sa fonderie, il s'est forgé une solide réputation dans la coulée de cloches d'église tout en produisant une quantité importante de boulons et d'accessoires en fer pour la construction navale. Revere a également été le pionnier de la production de placage de cuivre et a ouvert la première usine de cuivre en Amérique du Nord. Revere est également resté actif en politique tout au long de sa vie et impliqué dans les problèmes communautaires.

Paul Revere est l'une des figures les plus connues de la Révolution américaine. Bien qu'il soit surtout connu pour son travail d'une nuit, il a participé pleinement et activement à de nombreuses activités révolutionnaires. En plus de son rôle dans la Révolution, Revere était également une figure de proue dans le développement des structures économiques et politiques de la nouvelle nation.


Lignes et informations Vintage Revere Ware

• Ligne 1400 – Cuivre plaqué introduit en 1939
C'est et sera toujours leur série principale, elle comprenait finalement 15 pièces distinctes d'ustensiles de cuisine avec des parois en acier inoxydable et des fonds en cuivre.

• Ligne 5000 – Institutionnelle introduite en 1954
Cette gamme a été conçue à l'origine en 1939. Ces casseroles étaient plus résistantes et destinées à être utilisées dans les hôpitaux, les écoles et les restaurants, et la conception de chaque pièce a été légèrement augmentée pour les rendre plus faciles à nettoyer.

• Ligne 0500 – Miniature introduite en 1955
Cette ligne est particulièrement intéressante et constitue un énorme objet de collection, même si toutes ne sont pas vintage car la production s'est poursuivie jusqu'en 1983. Ce sont des répliques réduites de la ligne 1400 pour enfants, alias la "petite ménagère" pour qu'elle (ou lui !) puisse avoir des ustensiles de cuisine comme maman !

• Ligne 1800 - Patio Ware introduit en 1956
C'est les années 50, entrez dans la folie du barbecue. Revere Ware a capitalisé sur cela avec la série Patio Ware. Cette ligne ressemble beaucoup à la série Institutional, mais ils ont modifié les poignées et annoncé que ces casseroles étaient conçues pour les "grandes mains" d'un homme.

• Ligne 4000 – Patriot Ware introduit en 1957
This line is notable because it was the first series that did not have the copper clad design. What this set did feature is “vapor-seal” steam retaining rims which were a huge selling point did to the “water free” cooking fad that was popular at the time.

• 0100 Line – Copper Maid introduced in 1957
This line was an inexpensive amalgamation of some of the existing products. It had the “vapor-seal” rims like the Patriot Ware but was a lightweight copper clad stainless steel.

• 6000 Line – Designers’ Group introduced in 1959
This series offers a revamped line of cookware which featured a three-layer cooking surface of stainless steel with sandwiched its copper core. Additionally, the bodies were fully re-styled to be more modern in appearance. The line was meant to give Revere Ware back its edge on the cookware market. Note: this line should not be confused with the 6500 Line – Designer’s Group which was produced after the vintage era.

• 9000 Line – Deluxe Revere Ware introduced in 1962
During the Teflon craze, Revere Ware introduced an alternative with this Deluxe line that offered the “Perma-Sheen” surface. This finish was advertised as permanently non-stick (which was inaccurate) and you could not use metal utensils when cooking. Interesting fact: this line would eventually be bought out and the “Perma-Sheen” surface would be discontinued, boosting “Perma-Loc” Teflon instead.

• 8300 Line – Revere Teflon introduced in 1963
Notable as the first line of aluminum cookware produced by Revere Ware, it features simple aluminum bodies, polished lids, and a light Teflon coating that called for the use of only wood or plastic cooking utensils.

• 8500 Line – Galaxy introduced in 1964
This line featured aluminum lined stainless steel cookware. Most significant due to its patented construction.

• 8700 Line – Galaxy Perma-Loc introduced in 1965
In 1965, the original Galaxy line was augmented to offer the “Perma-Loc” nonstick surface.

• 7800 Line – Galaxy Autumn Leaves introduced in 1967
In 1967, the Galaxy line saw another adjustment with the introduction of multicolored lids.

• Paul Revere Ware Line – Paul Revere Signature Collection introduced in 1967

The initial Paul Revere Ware line was created to be for the high-end consumer, it was very visually appealing featuring solid brass handles, and including specialty pieces such as a flambe set, and crepe and omelet pans. With its initial inception, these pieces carried a “limited edition collection” stamp on the underside of the brass handles, later in the production of the line a Paul Revere “signature” was added as well. This combination of special stylized markings designates a piece to be a part of the “Paul Revere Signature Collection.” Interesting fact: this would become the largest line produced by Revere Ware.

It should be noted that I’ve included these lines due to their introduction dates, not every piece in every line is going to be considered vintage Revere Ware, as some lines had pieces added in later on or are still continuing to be produced.


Revere Ware 1801 Stainless Steel

Revere Ware, and in particular their line of 1801 cookware took American kitchens by storm around the time the Great Depression was ending and we were feeling a resurgence of hope in the American dream.

It may look like simple stainless steel crockery, but Revere Ware is just a step above. From their patented electro-plating of metals together to how carefully calibrated thicknesses and such are, no other kitchen ever produced a more heavenly meal.

Revere Ware led the way in innovations, to be sure. One of their most popular and most enduring was a way they found of attaching Bakelite handles to their stainless steel pots and pans without the use of a rivet.

Unfortunately, the popularity of the traditional Revere Ware began to wane in the 1960s and 1970s. They began to make the copper coating on their pots and pans much thinner, as well as changed the way they did the handles.

By 1985, Revere Ware was sold to the Corning company. They were subsequently absorbed by the Home Kitchen Company, and Revere Ware did not really have a firm grasp on their image at this time.

Many collectors are still fond of the Revere Ware line, especially the 1801 Cookware. It is comparably priced to a brand new set of similar quality cooking utensils and can be easily found in various conditions in a variety of places.


Notre histoire

The Paul Revere Memorial Association was founded to restore and operate the Paul Revere House. The house, sold by Paul Revere in 1800, served as a boarding house, shops and businesses, and tenement apartments for the following century.

Years of hard use took their toll, and the house fell into disrepair. En 1905, le Milton Record described it as…

“a quaint dilapidated wooden house with queer chimneys and overhanging upper story. Looking into the hall through the open doorway, may be seen layers of variegated wallpapers. Thus the oldest building in Boston gradually sinking into utter ruin.”

Even in this state, the house was still something of a local landmark and tourist attraction. However, the neighborhood and the house’s condition made it a candidate for demolition. In 1895 the Paul Revere Chapter of the Daughters of the American Revolution installed a historical plaque on the house in the hopes of bringing the building special recognition. The attention from the DAR did not result in immediate action and the house’s eventual restoration was still unclear. In 1901, a small fire erupted in the basement when an “unwisely hung” kerosene lamp being used to ripen bananas set fire to a cellar beam. Though caught in time, the incident raised considerable concern about the uses to which the home was being put and the potential for a devastating accident.

Still, it wasn’t until December of 1902 that Revere descendant John Phillips Reynolds Jr. (Paul Revere’s great-grandson) purchased the property. Reynolds bought the building for $12,000 from Sidney Squires, delaying plans to tear it down and replace it with a tenement apartment.

For the next three years, “the old house … hovered between salvation and destruction.” Actually, little could be done in these years because, according to the terms of the sales agreement recorded in the deed, Reynolds was required to allow Louisa Santosuosso, who operated a vegetable and fruit business on the first floor, to finish out her lease. A few weeks before her lease expired on April 30, 1905, a group of Revere family members , preservationists, local officials, and representatives of patriotic associations banded together to form the Paul Revere Memorial Association to raise the $30,000 needed to purchase the house from Reynolds and to restore it. Their plan:

“to secure as a permanent patriotic memorial the house in which Paul Revere lived on North Square, Boston. The alternative to its restoration is destruction, the effect of which would be to deprive Boston and the whole country of an historical relic which even in its present form has been visited by thousands of patriotic Americans.”

On December 11, 1906, John Phillips Reynolds Jr. sold the Revere House to several trustees, who in turn on May 1, 1907, sold the house to the Paul Revere Memorial Association. On May 4, 1907 the Paul Revere Memorial Association was officially incorporated as a non-profit association dedicated to the preservation of the house and the memory of Paul Revere.


Revere Ware History

Paul Revere was born in 1734, to a modest family in Massachusetts. Completing his silversmithing apprenticeship at the age of 19, he became a master craftsman, and proceeded to establish a prosperous business with shops in and around Boston, MA. Upon returning to civilian life after the Revolutionary War, Revere began a copper foundry using his family’s savings. Initially his principal goods were cast bolts, spikes and nails for shipyards, then cannon for the military, and (after 1792) bells ranging ftom 50 to 2885 pounds. Those 12 years working with copper gave him the experience needed to to “roll” malleable copper into sheets, which (appart from normal manufacturing) was used as cladding to protect the wooden hulls of warships from marine worms. Until that time the collonies were importing most of their sheet copper from England. In 1801, Paul Revere paid $6,200 for two pieces of property on the Neponset River in Massachusetts, and converted an existing mill to hold the machinery for rolling copper.


Paul Revere

“Listen my children and you shall hear/ Of the midnight ride of Paul Revere. . . " The opening lines to Henry Wadsworth Longfellow's poem "Paul Revere's Ride" resonate in the minds of schoolchildren and their parents alike. Revere supposedly galloped through the Massachusetts countryside, shouting "The British are coming! The British are coming!" to rouse the Minutemen during the Revolutionary War. Teachers told us that "one if by land, two if by sea" referred to a signal in Boston's Old North Church of the approaching enemy.

The facts about Paul Revere's mission are somewhat different and even more interesting than the myth surrounding him, some would say. Born in Boston, Revere trained as a goldsmith like his French father, Apollos Rivoire. Paul Revere's elegant work in silver is regarded as some of the period's finest. Revere was known among his fellow artisans for being well-spoken and personable his business and Masonic ties made him well-known in the burgeoning American independence movement.

By the early 1770s, Revere was regularly acting as a courier for the Sons of Liberty, carrying messages and news to far-flung comrades. He was a witness to the Stamp Act riots and the Boston Massacre, which he memorialized somewhat inaccurately in a famous engraving. His natural ease of manner (he considered himself a gentleman, despite his occupation) contributed much to the atmosphere of the Sons of Liberty's frequent meetings at the Green Dragon Tavern.

At one such meeting when Revere was absent, Dr. Joseph Warren, the group's chief spokesman, learned that British troops were marching to arrest Samuel Adams and John Hancock in Lexington. He sent for Revere and William Dawes and charged them to go and warn Adams and Hancock. They each took different routes, Dawes by way of Boston Neck and Revere by way of Charlestown. Contrary to popular belief, Revere did not ride a horse on this trip, save for a short leg of the journey when he borrowed a mare from a colleague named John Larkin. He did "alarm" the countryside by stopping at each house, arriving in Lexington at about midnight to warn the two movement leaders. Revere arrived about half an hour before Dawes, and did tell the sentries "The regulars are coming out!"

Revere's attention was rightly focused on the men he traveled to warn rather than on rousing the countryside. Still, as historian David Hackett Fischer concludes, the myth of Paul Revere that has grown around this historical event helps us remember how important the American Revolution is to our national memory. Towards the end of the poem, Longfellow writes "You know the rest . " That has become true.


Grow your business and your client relationships with our professional end-to-end services.

Our mission is to help America’s workers preserve and protect the vitally important things they work so hard to build.

Colonial Voluntary Benefits products are underwritten by The Paul Revere Life Insurance Company, Worcester, MA, and administered by Colonial Life & Accident Insurance Company. Dental plans are underwritten by The Paul Revere Life Insurance Company, Worcester, MA. Some dental plans are administered by Starmount Life Insurance Company. The policies or their provisions may vary or be unavailable in some states. The policies have exclusions and limitations which may affect any benefits payable.


The Midnight Ride

Once the Patriots learned that the British Regulars were on the move the alarm riders mobilized. Dr. Joseph Warren quickly summoned two riders to carry a message from him to the patriot leaders, John Hancock, and Samuel Adams. The message warned the two leaders of the British movement and suggested that the British planned to capture Hancock and Adams. Paul Revere and William Dawes would carry the message. Paul Revere would take the northern route out of Boston, while Dawes would take the southern route.

William Dawes was a tanner and staunch patriot supporter whose work often took him the southern route. He was not as influential or as well-known to the people of Middlesex County as Paul Revere, but the British guards most likely did know him. Which made him the best person for the job. He had a longer route than Revere and he rode on a slower horse. His route would take him through the cities of Roxbury, Brookline, Cambridge, Menotomy, and Lexington.

Paul Revere would take the northern route. His route began in Boston. He sailed across Charlestown Neck and avoid the British warship, Somerset. Once across he was redirected due to British sentries patrolling the area. He was redirected to Medford. Once in Medford, he triggered Dr. Martin Herrick and other riders. Revere then rode through Menotomy and alarmed the town, triggering other couriers as well. From there he went to Lexington and met up with John Hancock, Samuel Adams, and William Dawes. Once Revere and Dawes reached the Clarke Parsonage where John Hancock and Samuel Adams were hiding they discussed and decided based on the information before them that the British capture of Hancock and Adams was a second objective. The primary objective was to capture the military cache in Concord. the midnight ride continued when Revere and Dawes left the parsonage and rode off to warn Lincoln and Concord.

Just outside of Lincoln, they overtook another man who would become a major player in this midnight ride, Dr. Samuel Prescott. Prescott was out late that night due to courting an attractive young woman named Lydia Mulliken. Dawes and Revere conversed with him for a short time and came to learn that he was a &ldquohigh son of liberty.&rdquo Prescott agreed to help spread the alarm. Shortly after the discussion outside of Lexington, Revere noticed a shadow of two British soldiers. The two shadows noticed the riders and rode towards them. Dawes, Revere, and Prescott believing they could win, turned their horses towards the British and readied for a fight. Quickly the two British shadows turned into eight British guards and the riders quickly tried to get away. Prescott and Revere quickly galloped into the shadows. Prescott&rsquos horse leaped a stone wall and got away, unfortunately, Revere&rsquos horse, tired from riding all night, was tired and was overtaken. Paul Revere&rsquos ride looked to be over when he was captured, but Prescott would continue forward. In all the confusion William Dawes rode in the opposite direction of Revere and Prescott. He did manage to escape, but his horse became frightened, threw him off its back, and rode off. Dawes, now bruised and horseless retired for the night. Dawes and Revere&rsquos ride were over, but Samuel Prescott would pick up where they left off.

Dr. Samuel Prescott rode into Lincoln and alarmed the militia commander and then rode into Concord. In Concord, he warned the town and recruited another key player in Paul Revere&rsquos ride, his brother Abel Prescott who was also a doctor. The two men, with many other unknown riders, rode off and alerted the rest of the countryside. Prescott went beyond Concord and warned Acton and Stow. His brother Abel would alert the towns of Sudbury and Framingham, thus completing a full circle around Boston.


Voir la vidéo: Paul Revere and The Raiders - Kicks